Je viens vers vous pour vous expliquer mon problème. A vous de voir si vous pouvez le traiter dans votre émission « Cri du cœur » ou dans les courriers de votre journal « Matin d’Afrique » que je lis régulièrement. Je suis une femme de 34 ans, je vis dans le Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo (RDC). Il y a deux mois, je me suis mariée avec un frère en Christ. Avant le mariage, nous n’avions eu aucun rapport sexuel. Nous nous contentions de flirts parce que nous ne voulions pas tomber sous le coup de la fornication. C’est lorsque nous nous sommes mariés que nous avons décidé d’avoir notre premier rapport sexuel. J’avoue que ce fut une nuit de cauchemar. Mon mari a un sexe volumineux et long. Nous avions eu toutes les peines du monde à faire l’amour. J’ai eu terriblement mal. Je m’en suis tirée avec des déchirures. Cette-nuit-là, il m’a expliqué que c’était parce que j’étais restée longtemps sans avoir des rapports sexuels que la pénétration était difficile. Il m’a rassuré que ça irait avec l’habitude. Mais trois semaines après, nous avons refait l’expérience. Là, il a failli m’esquinter. J’en suis de nouveau sortie avec des blessures. Alors, j’ai décidé de mettre un terme aux rapports sexuels. Je ne peux pas supporter mon mari avec son gros sexe. Je comprends que nous sommes incompatibles. Je ne suis pas chaussure à son pied. Je ne peux pas vivre avec un homme qui me déchire à chaque pénétration. A cette allure, il risque de m’abîmer l’appareil génital. Depuis deux semaines, je suis retournée chez moi, mais il ne cesse de me harceler. Il me demande de retourner au foyer, me rassurant qu’il trouverait une solution à ce problème. Mais pensez-vous vraiment qu’il y ait une solution possible à ce problème ? Que me conseillez-vous ? J’en suis excédée. Aidez-moi, je vous en prie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Why ask?